Avertir le modérateur

dimanche, 24 mai 2009

Fin de saisons... partie 1

serieTV.jpgLe mois de mai n'est pas uniquement synonyme d' Eurovision (cf. article précédent...). C'est aussi le mois qui voit se terminer la plupart des saisons de nos séries TV favorites... Et qui dit "fin de saison" dit forcément "épisode spécial". Et, avec un peu de chance, "épisode de qualité"...Bon, ben cette année, on va dire que la chance n'était pas avec nous. Je m'explique? Si vous insistez, je veux bien. Mais, attention, si vous ne voulez absolument rien savoir des séries en cours, et que vous préférez attendre la diffusion française, je vous conseille de ne pas lire la suite de cet article.

Pour les autres, je vais m'efforcer de ne pas trop en révéler...

Par où commencer? Et si on parlait des séries qui se sont arrêtées bien avant les autres? Ok, on fait comme ça:

- Commençons donc par "Dexter", dont la saison 3 s'est tout de même achevée en décembre dernier! Synopsis global de la saison 3: Dexter fait la connaissance d'un procureur qui va percer à jour son secret (pour ceux qui l'ignorent, Dexter est un justicier serial-killer), alors même que sa vie familiale avec Rita prend un nouveau tournant. Bon. Force est de constater que la saison 3 est moins palpitante que les 2 premières, malgré l'excellence de l'interprétation de Jimmy Smits, dans le rôle de Miguel Prado, le procureur qui sympathise avec Dexter avant de le démasquer. Dexter démasqué? Mais c'est donc la fin de la série? Ben non, car les scénaristes vont faire en sorte que le statut de serial-killer de Dexter soit utile à d'autres personnes... Et c'est le point fort de cette saison qui, pour la 1ère fois, nous montre un Dexter vraiment vulnérable et sur le point de perdre pied. A ce titre, une scène (onirique malheureusement) nous montre Dexter dans un état de colère démentiel. Et cette scène fait vraiment froid dans le dos... Quant aux scènes "familiales" avec Rita, elles sont malheureusement encore un peu trop niaises et viennent trop souvent ralentir le récit, déjà pas bien rapide... Et qu'en est-il de l'épisode final alors? Et bien il est plat et niais, à l'image des scènes entre Dexter et Rita... En plus, les scénaristes ont eu l'idée saugrenue de placer la confrontation entre Dexter et son grand rival dans l'avant-dernier épisode! Confrontation réussie, et donc d'autant plus dommage qu'elle ait eu lieu si tôt! Du coup, le dernier épisode manque singulièrement d'enjeu... Quant à la scène finale, elle ne donne tout simplement pas envie de voir la suite. En bref, une saison en demi-teinte, qui met du temps à vraiment démarrer, et qui s'embourbe à la fin... Espérons que la saison 4 sera meilleure. Car saison 4 il y aura...

Dexter-dexter-574700_434_450.jpg

- Je vous en ai déjà parlé dans ces pages: la saison 4 de "Battlestar Galactica" s'est achevée au mois de mars avec un double épisode, mettant un terme au périple spatial des derniers survivants de la race humaine. Rappel du synopsis de la série: la race humaine a été décimée par les Cylons, des robots créés par les humains et qui ont réussi à devenir autonomes. Seuls quelques survivants ont réussi à s'enfuir dans l'espace à bord de plusieurs vaisseaux rassemblés sous le terme de "flotte coloniale", avec à leur trousse les Cylons, bien décidés à mettre "leur plan" à exécution. Mais les Humains ignorent que les Cylons sont parvenus à prendre une forme humaine quasi-parfaite, et qu'ils ont infiltré les différents vaisseaux de la flotte... Au début de la 4ème saison, la quasi-totalité des Cylons à apparence humaine est révélée (mais seulement au téléspectateur...). Les tensions entre les Cylons vont crescendo (certains veulent collaborer avec les Humains, d'autres veulent toujours les anéantir). Et la Terre, si longtemps recherchée par les survivants ET par les Cylons, est enfin en vue... En bref, la saison 4 est la saison des révélations. Ainsi, à la moitié de la saison, tous les Cylons à apparence humaine sont connus (y compris par les personnages eux-mêmes), les survivants atterrissent sur la "Terre", et une floppée de personnages présents dès le début de la série passe de vie à trépas.On en apprend également beaucoup plus sur l'histoire des Cylons. Ca sent la fin de série, effectivement! Et le dernier épisode alors? Et bien il divise... On ne sait trop quoi penser... D'un côté, on a la résolution de la plupart des intrigues développées dans la série, une révélation capitale qui va bouleverser la vie de la flotte coloniale, et le destin scellé de plusieurs personnages. D'un autre côté, on a des questions laissés en suspens (dont le fameux "plan" des Cylons, qui fera ceci dit l'objet d'un téléfilm d'ici quelques mois), un côté mystico-religieux parfois dérangeant et le destin scellé d'un personnage de manière plutôt controversée... En conclusion, on peut considérer que la série ne se conclut pas comme elle le mérite, mais l'émotion est bel et bien présente lors de ce final, qu'il ne faut donc pas bouder... Car saison 5 il n'y aura pas! (les fans de l'univers "BSG" se consoleront avec "The plan", téléfilm qui se focalisera sur les Cylons avant les événements qui ont débuté la série, et avec "Caprica", série dérivée de BSG, racontant l'affrontement entre 2 familles dont l'une est à l'origine de la création des Cylons).

battlestar+galactica+finale+1.jpg

- Plus récente, la fin de la 5ème saison de "Nip/Tuck". Difficile de résumer la 5ème saison d'une série qui part dans tous les sens. Depuis plusieurs années (dès la 2ème saison en fait...), on a reproché à la série, mettant en scène 2 chirurgiens plastiques dont la vie est régie par leur sexe, d'être un grand "n'importe quoi". Et, à vrai dire, c'est un reproche assez justifié! Qu'y a-t-il à retenir de cette saison? Une Julia qui se découvre de nouveaux penchants amoureux,qui se fait empoisonner à petits feux, qui se fait tirer dessus et qui perd la mémoire, avant de la retrouver pour ne plus faire que de la figuration jusqu'à la fin de la saison, un Sean qui devient acteur dans un soap-opera (!), qui se fait agresser et termine dans un fauteuil roulant, un Christian qui repique Julia à Sean avant de la larguer comme une malpropre, qui chope un cancer du sein et qui finit dans les bras de la plus innattendue des personnes, un Matt qui part de plus en plus en vrille avant de subitement s'assagir (remarque, vu ce que les scénaristes lui font faire, il était temps), et une Kimber toujours aussi gourde et imbuvable, puisqu'elle va même jusqu'à permettre l'injection de botox dans les lèvres... de son bébé. Et quand je vous aurais dit que cette injection est pratiquée par Christian lui-même, vous aurez la mesure du grand foutoir qu'est cette saison. Quant à l'épisode final, il détruit méthodiquement ce qui a été difficilement construit pendant toute la saison... En conclusion, à prendre au 12ème degré, sous peine de trouver la série consternante. Mais, vraiment, au 12ème degré, on peut apprécier. Et heureusement, car saison 6 il y aura...

 

NipTuck0309.jpg

- Exploit de l'année: "Heroes" est reconduite pour une 4ème année! En terme de foutoir et de grand n'importe quoi, la série n'a rien à envier à "Nip/Tuck"! Et dire que la 1ère saison, malgré un final raté, était un modèle d'écriture! Ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui! Quel sort est réservé à nos humains dotés de pouvoirs hors du commun dans cette 3ème saison? Et bien ils doivent d'abord combattre les fameux "Villains", personnages si chers au monde des comics. Comme on dit, au plus les méchants sont réussis, au plus l'épisode sera réussi. Dommage, les "Villains" mis en scène sont inintéressants (le marionnettiste mis à part). Le grand méchant de la série, Sylar, devient subitement sympa au début de la saison, avant de redevenir l'ordure qu'on connaît depuis le début (et tout cela sans explication plausible). Certains personnages, qui ont pourtant un potentiel énorme en terme de dramaturgie, sont purement et simplement liquidés, ou oubliés. Alors que d'autres personnages inutiles ou énervants sont increvables (dont l'emblématique Hiro, le voyageur spatio-temporel, magnifique pétard mouillé qu'on a de plus en plus envie de baffer). Dans la seconde partie de la saison, les Heroes sont révélés au monde, et se voient pourchassés par les militaires pour être enfermés dans des camps. Il y a un peu plus d'enjeux, mais c'est tellement embrouillé et incohérent que le tout est difficile à suivre sans ennui... Quant au dernier épisode, il nous assène un retournement scénaristique dont on se demande ce que les scénaristes vont bien pouvoiur en faire dans la prochaine saison... Car, aussi surprenant que cela paraisse, saison 4 il y aura... Et pendant ce temps, "Terminator: the Sarah Connor Chronicles" et "Dollhouse" sont supprimées? C'est pas juste!

Heroes-season-finale34.jpg

- "Lost", qui en est à sa 5ème année, se bonifie avec le temps. Autre exploit notable: elle parle de voyages dans le temps, et, pourtant, je comprends (presque) tout! Oui, car vous devez savoir que je suis allergique aux histoires de voyages spatio-temporels. Je mets toujours le doigt sur le détail qui ne colle pas et ça m'empêche de profiter de l'histoire... "Retour vers le futur"? Ca m'énerve! "Un jour sans fin"? Ca m'emmerde, là où d'autres en font un film culte... Dans le genre, la saga "Terminator" n'est pas mal non plus, mais là j'arrive à suivre. Bref, revenons à "Lost" et au destin de nos naufragés. La saison se focalise sur le retour de 6 survivants dans le "monde réel" et sur les raisons qui vont les pousser à retourner sur l'île maudite, à la recherche des autres survivants. Seul problème: ceux qui sont restés sur l'île ont fait un bond de 30 ans en arrière, alors que les 6 qui sont retournés sur le continent sont dans le présent... Si on ajoute à cela les flash-backs, les flash-forwards et les bonds temporels effectués par l'île, on a sous les yeux un beau bordel spatio-temporel! Et si on n'a pas suivi la série depuis le début, ce n'est même pas la peine de songer à prendre la saison en cours de route! Par contre, les fidèles (dont je suis) se régaleront et ne se sentiront jamais "perdus" (hahaha) dans les méandres scénaristques de la série. Et le dernier épisode alors? Et bien, il propose quelques révélations (dont l'identité du mystérieux et omnipotent Jacob) et se finit de manière pour le moins explosive... Mais comme tout final de "Lost" qui se respecte, il laisse beaucoup (trop?) de questions sans réponse, et se révèle donc frustrant (d'autant plus que la saison entière propose son lot de révélations, pourquoi s'arrêter en si bon chemin?). Mais l'effet recherché est là: on n'en peut déjà plus d'attendre la 6ème (et ultime) saison! Car saison 6 il y aura... (mais pas avant janvier 2010... NOOOOOOOOOOOOOON!)

lostseason5poster.jpg

- Terminons avec la 5ème saison de "Desperate Housewives", qui se déroule 5 ans après la fin de la 4ème saison. Artifice scénaristique d'ailleurs controversé, car il n'est pas forcément exploité comme il se doit. Alors oui, ça permet aux marmots Scavo de devenir ado, et donc de se focaliser sur d'autres types de problèmes. Oui, ça permet à Gabrielle et Carlos d'avoir 2 filles (infectes d'ailleurs...), et donc de voir Gabrielle sous un autre jour. Oui, ça permet un rebondissement dès le début de saison quand on se rend compte que Mike et Susan ne sont plus ensemble (mais pourquoi donc? qu'a donc-t-il bien pu se passer, diantre?). Oui, ça permet à Bree de devenir en un clin d'oeil une femme d'affaires redoutable face à un Orson de plus en plus insignifiant (gros ratage de la saison...). Et oui, ça permet à Edie de revenir à Wisteria Lane (après 5 ans d'exil un peu forcé...) avec un mari trop poli pour être honnête. Car, vous l'aurez deviné, Dave, le nouveau mari d'Edie, sera le grand mystère à résoudre de la saison! Grand mystère qui sera un pétard mouillé puisque les scénaristes n'osent pas aller au bout de leur idée. En dire plus serait révéler ce mystère, donc je n'irai pas plus loin. Toujours est-il que la saison reste drôle, qu'elle propose toujours d'excellents épisodes, que Felicity Huffman dans le rôle de Lynette crève toujours autant l'écran et que, dans l'ensemble, on passe de trsè bons moments. Au rayon déception, parlons de certains personnages devenus peu intéressants (Orson, Mike et Katherine en tête...), du fait qu'un des piliers de la série meurt d'une manière ridicule et que le dernier épisode frôle le n'importe quoi.Notamment avec Bree qui tombe dans les bras de ..., Gabrielle et Carlos qui doivent prendre en charge une ado rebelle (qu'on déteste au moment même où on l'aperçoit...), Lynette qui apprend une nouvelle surprenante (pour elle et Tom, mais surement pas pour le spectateur...) et, surtout!, une scène finale d'une bêtise ahurissante (en gros: mais qui va se marier avec qui?, avec le marié qui soulève le voile de la mariée, dont on ne voit pas le visage...stop! générique de fin, à l'année prochaine. Seul problème, on se fout de savoir qui a épousé qui, en fait...). En bref, une bonne saison, qui finit moins bien... Et c'est un peu dommage, car saison 6 il y aura...

DHs5.jpg

On va s'arrêter là pour aujourd'hui. Mais I'll be back pour la seconde partie de ce bilan "fin de saison", avec les épisodes finaux de "Terminator", "Damages", "Dollhouse", "Fringe", "Gossip Girl", "Prison Break", "24" et "Urgences". D'ici là, bon visionnage de série (notamment à Stitch, dont j'ai cru deviner le retard important en matière d'épisodes à regarder...)!

Mafiou, qui attend septembre 2009 avec un peu d'impatience tout de même...

lundi, 18 mai 2009

France... one point...

Eurovision_2009_2.jpgTous les ans, mes soeurs, ma mère,ma cousine (Anne, la reine du calembour), quelques amis et moi-même attendons impatiemment le mois de mai... Pourquoi, me direz-vous? Pour commémorer la victoire de notre aimable Président? Euh... non. C'est tout simplement parce que le mois de mai est le mois de (tous en choeur)

L'Eurovision!

J'en vois qui font déjà la grimace devant leur écran! Attendez que je vous explique avant de cliquer sur la croix en haut à droite!

Je reprends: en l'honneur de cette fête musicale internationale qu'est l'Eurovision, tous les ans, on organise avec les personnes pré-citées une soirée "Eurovision". Feuille de score, stylo acéré et critiques acerbes à l'appui, on écoute religieusement la vingtaine de participants au concours, puis nous les notons, en n'oubliant pas d'écrire 2 ou 3 remarques du style "chanteuse habillée comme Régine, mais en pire", "Laurence Boccoloni est tout de même d'une autre classe", "belle paire de nichons mais voix de chiottes", ou encore "y a de la chorégraphie et de la mise en scène, mais la chanson pue du c...". Et, pour finir, on établit notre "top 5", avant de se taper l'énoncé des scores, qui, tous les ans, accomplit l'exploit de sembler encore plus long que les chansons elles-mêmes.

Bon, tout cela n'est pas bien sérieux, faut le prendre au Nième degré! C'est avant tout une occasion pour nous de nous marrer devant un spectacle qui est souvent d'une ringardise ou, au contraire, d'une excentricité inimitable.

Alors? Quoi de neuf pour cette édition 2009? Précisons d'entrée de jeu qu'Ophélie n'a toujours pas eu son pan-bagnat au thon, et qu'elle a encore dû se contenter d'un sandwich au pâté... Je vous laisse chercher dans les pages de ce blog la "savoureuse" anecdote à laquelle je fais allusion...

Mais là n'est pas le plus important. D'entrée de jeu, le spectacle commençait fort, puisqu'on a eu droit à nos 2 présentateurs français (Cyril Hanouna et Julien Courbet...) dans les rues de Moscou. Et oui, j'ai oublié de dire que, grande victorieuse de l'an passée, c'est la Russie qui organisait le concours cette année. Alors, de 2 choses l'une, soit France 3 a voulu jouer la carte "on fait de l'humour en rassemblant tous les clichés sur la Russie", soit la Russie est vraiment un pays moche et triste... Car nos 2 stars françaises évoluaient dans un paysage évoquant plus un décor de télé locale (temps gris, vieux bâtiments industriels en arrière-plan et vieille Traban comme accessoire...) qu'un décor de show à paillette... Bref, Cycy et Juju sortent 2-3 blagues dont on sentait qu'elles ne servaient qu'à les empêcher de se tirer une balle dans la bouche ou de retourner vite fait à l'aéroport pour retourner en France. Puis le spectacle commence!

Pour l'occasion, le gagnant de l'an dernier est venu réinterpréter sa chanson (oui, c'est la tradition eurovisienne). Tel un ange immaculé, on le vit suspendu dans les airs pour arriver gracieusement sur la scène... Et là, c'est le drame... Accroché à des filins (ben oui, il ne volait pas pour du vrai...), le chanteur devait enlever sa veste pour commencer sa chorégraphie. Et c'est à ce moment que... tout bascule... dans l'horreur (on dirait pas Christophe Hondelatte ou Pierre Bellemare comme ça?) : sa veste se prend dans les filins, et il n'arrive pas à s'en dépêtrer... Le pauvre se débattait comme un pauvre moucheron pris dans une toile d'araignée. Une des danseuses vint à sa rescousse pour le délivrer de son piège diabolique, mais c'était trop tard: il s'était de toute façon chopé la honte. A ce moment, on s'est tous dit qu'on aurait droit à un grand cru de l'Eurovision... Mais, pour tout dire, ce fut le moment le plus ridicule de la soirée. Le reste ne fut pas aussi honteux.

scèneEurovision.jpg

Puis les participants de chaque pays se succédèrent pour interpréter leur chanson. Dans l'absolu, la majorité des titres étaient écoutables, mais on restait quand même bien dans de l'Eurovision classique, à savoir:

- de l'eurodance bien pourrie avec 15 ans de retard,

- du slow bien niais interprété en anglais avec des paroles genre "My love is so beautiful that i fall in love with your heart of love and happiness in the bisounours land of sweet sugar of ze friendship marvellous".

- ou de la musique folklorique traditionnelle, qui a au moins le mérite de nous faire découvrir un versant de la culture musicale et chorégraphique d'un pays...

Et, au milieu de tout ça, notre Patricia Kaas nationale, avec une chanson qui n'était ni de la dance au rabais, ni un slow à la guimauve, ni de la musique franco-française avec de l'accordéon... Non, elle a interprété une chanson ...disons... lente, triste, mais qui sortait du lot. Son titre: "Et s'il fallait le faire?". Je ne vous ferai pas l'injure de répondre à cette question.

Au niveau des participants, on a également eu du très classique: de la mémère empailletée, du beau gosse ultra-brite avec chemise qui s'ouvre de plus en plus au fur et à mesure de la chanson, du groupe dont on se demande s'ils n'ont pas été sponsorisés par Michou, de la poufiasse habillée ras-les-fesses avec plein de cheveux qui bougent tout le temps,... Et, au milieu de tout ça, notre Patricia Kaas nationale, habillée comme Edith Piaf qui aurait oublié une manche de sa robe.

Bilan des courses: on a fini 8ème sur 25, et en dépassant les 100 points. Ce qui, quand on y pense, est très honorable, puisque ça fait quand même une paire d'années qu'on termine dans les profondeurs du classement en atteignant péniblement les 15 points. Rendons grâce à Patricia Kaas de nous avoir au moins rendu notre honneur sans céder aux facilités de l'Eurovision! Sinon, à part ça, on a pu constater avec résignation que c'est toujours le vote "entre voisins " qui prime. Seul problème, si on peut dire, c'est qu'il n'y a que les pays de l'est et du nord de l'Europe qui le pratiquent (c'est pas pour rien que Patricia Kaas, superstar en Russie, a été choisie pour représenter la France...)! Ainsi, la France peut toujours se brosser pour avoir des points de nos "amis" belges ou espagnols. Ce n'est pas le même son de cloche chez nos voisins de l'Est et du Nord, qui, logiquement, trustent les 1ères places du classement... On en pense ce qu'on veut, mais la France devra encore longtemps diffuser des images de Marie Myriam pour illustrer la "Victoire Eurovision". Y a plus grave dans le monde, vous me direz. Et vous n'avez pas tort...

Mais qui a gagné vous demandez-vous surement, mélomanes que vous êtes? (quoi, moi pétomane??? Fra-ca-sséééééé!)

eurovisionNorway.jpg

Et bien c'est la Norvège, représentée par un fringuant violoniste qui a réussi l'exploit incroyable de jouer de son instrument avec un archet qui avait visiblement une paire de cordes cassées... le scandale du violon en play-back! (bon, le chanteur, lui, chantait en live au moins). La chanson n'en reste pas moins entraînante et fraîche, malgré la débilité de ses paroles ("je suis amoureux d'un conte de fée...", hommage caché au célèbre conte du lundi du Père Mafiou), et sa 1ère place n'est pas usurpée... Je n'en reviens pas d'écrire ça... j'ai comme un vertige...

Je vous laisse juger sur pièce, avec cette vidéo du gagnant, norvégiennement nommé Alexander Rybak.

Et vivement mai 2010!

Mafiou... twelve points!

dimanche, 17 mai 2009

Par les temps qui courent, un peu d'humour ne fait pas de mal...

kdoantotologie8.jpgAh la la, depuis le temps que je vous dis que tout fout le camp... En ces temps de crise (et de récession, c'est officiel!), un peu de rigolerie ne fait jamais grand mal, surtout quand c'est offert par le Sacro-Saint-Père-Mafiou!

Aujourd'hui, rien que pour vous, je vous propose donc un sketch de Kad et Olivier, sobrement et poétiquement intitulé "la partouze". Ne vous fiez pas au titre parce que... euh... ben non, en fait, le niveau du sketch ne vole pas plus haut que son énoncé, pour tout dire... Mais qu'est ce qu'on se marre! Alors oui, tout cela est interprété de manière approximative, oui, c'est en-dessous de la ceinture, mais c'est tout ce qui fait le charme de ce sketch, probablement l'un des plus drôles du duo! Rien que pour la tête de Valérie Lemercier lorsque que Kad se baisse pour chercher les photos dans l'armoire, ça vaut le coup d'oeil!

Amis du bon plaisir, c'est pour vous!

Mafiou, reviendu.

mercredi, 06 mai 2009

L'antre maudite du Comte Draculifiou - part 6

Et bien je recommence cet article, puisque le drame prévisible du "teneur de blog" est finalement arrivé: alors que j'arrivais à la fin de mon article, impossible d'enregistrer, et retour à la page d'accueil... donc note perdue! NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO!

dragon-ball-evolution-film.jpgEn plus, c'eut été dommage, une partie de mon article est consacrée à un chef d'oeuvre impérissable du cinéma fantastique, j'ai nommé le merveilleux "Dragon Ball Evolution"... Et oui, parce que, pour une fois, je ne vais pas vous parler de films d'horreur! Encore que... d'un certain point de vue, Dragon Ball Evolution peut être considéré comme un film d'horreurS: le scénario, les effets spéciaux et les acteurs sont vraiment horriiiiiiiiiiiibles!

Je m'explique: Pour ceux qui ne connaissent pas, Dragon Ball, au départ, est un manga adapté en dessin-animé dans les années 80, qui raconte les aventures d'un petit garçon d'origine extra-terrestre, à la force sur-humaine, et qui recherche les 7 boules de cristal, magiques puisqu'une fois réunies, elles permettent d'exaucer n'importe quel voeu. Récit d'aventures, d'initatition et de combats, ce dessin-animé a bercé l'enfance de toute une génération (dont je fais partie). Autant dire que le film sorti récemment était attendu par des milliers et des milliers de fans de la génération Dorothée! La révolte des spectateurs qui l'ont découvert à partir du 1er avril (la date de sortie du film était un signe!) n'en est que plus grande et, pour tout dire, légitime!

Le synopsis: Dans les temps anciens, 7 sages créèrent les 7 boules de cristal pour protéger la Terre de Piccolo, un invincible guerrier qui a failli éradiquer la race humaine... De nos jours, le terrible (et méconnaissable par rapport au manga...) Piccolo fait son non moins terrible retour, et seul San Goku, jeune homme qui va au lycée en vélo (!) et se bagarre bêtement avec ses camarades comme dans une mauvaise série pour ado (!!), semble capable de l'arrêter. Et oui, car le destin de San Goku est mystérieusement (mais alors très mystérieusement!!!) lié aux 7 boules de cristal...

piccolo7.jpg

Pfff... par où commencer... Le film reprend (très, mais alors très!) globalement l'histoire de la série animée, qui se terminait d'ailleurs par le combat contre Piccolo. Le truc, c'est que la série mettait plus de 150 épisodes pour en arriver là. Le film, lui, dure 1h30. Vous voyez ce que ça veut dire? Bref... Tout est nul dans ce film: les acteurs sont d'une neutralité confondante, le scénario tient sur un timbre-poste, les effets spéciaux sont d'une laideur repoussante... J'en rajoute? Sur Internet et dans les magazines, le film est unanimement massacré par la critique et par le public. A juste titre. Au rayon aberration, on peut citer: le look de Piccolo, l'origine des boules de cristal, la transformation de San Goku en Grand Singe (oui, elle a lieu, mais ce singe, en plus d'être rikiki, est à la solde de Piccolo! N'importe quoi!), la jeunesse "retrouvée" de Tortue Géniale (adieu la barbe et la carapace de tortue, bonjour le cabotinage ridicule de Chow-Yun-Fat), la transparence des personnages de Bulma, Yamcha et Chi-Chi (indigne des personnages du manga), la facilité déconcertante avec laquelle San Goku retrouve les boules de cristal (qui devaient probablement être dispersées dans un rayon de 5 km...) et le souhait ridicule énoncé par San Goku à la fin du film (J'ai le choix entre la paix dans le monde, ou la résurrection d'un gars que je connais depuis 2 jours... qu'est ce que je choisis?), le célèbre et attendu Kaméhaméha sert à éteindre des bougies, et le rayon d'énergie de Piccolo n'a plus la forme si caractéristique qu'il avait dans le manga... A "sauver", si on peut dire: Tortue Géniale (ou Maître Roshi, plutôt...) a toujours les mains baladeuses et planquent des magazines coquins... Et... c'est tout.

Moi, j'ai découvert cette bouse filmique grâce à mon ami I. Mulle, et quelque part c'est tant miaux, car ça m'aurait ennuyé de dépenser de l'argent pour aller voir cette chose! En tout cas, vous voilà prévenus! Car, même si vous ne connaissez pas du tout l'univers de Dragon Ball, dites vous qu'en plus d'être une mauvaise adaptation, c'est aussi un très mauvais film fantastique!

x-men-origins-wolverine-poster.jpgContinuons sur le chemin des adaptations de bande-dessinée au cinéma, et parlons de "X-Men Origins: Wolverine". Alors, celui-là, je l'ai découvert de la manière la plus légale qui soit: en salle, à tarif réduit certes (ben oui, je truste les salles de ciné le matin, car y a moins de monde et  c'est moins cher!), mais j'ai bien payé ma place! Et je ne le regrette pas, car j'ai passé un bon moment!

C'est sûr, ce n'est pas le chef d'oeuvre du siècle. C'est sûr, les 2 premiers X-Men étaient mieux. C'est sûr, le film n'est pas tout à fait respectueux de l'univers  des X-Men, et de l'origine de Wolverine en particulier. C'est sûr, il y a des facilités et des aberrations scénaristiques (à ce titre, vous pouvez aller sur allociné, et sur les forums du film, certains internautes ont dressé la liste de toutes les incohérences et erreurs du film, et on arrive vite à 100, en fait!). Mais pourquoi bouder son plaisir? Hugh Jackman, qui reprend son rôle de Wolverine/Logan/James/Weapon X/... est toujours aussi à l'aise. Les effets spéciaux, dans l'ensemble, en mettent plein la vue. Les combats ne sont pas archi-découpés et restent donc lisibles la plupart du temps. Et l'apparition de certains mutants est réjouissante. Ce dernier point est l'un de ceux qui soulèvent le plus de critiques. Gambit, Le Blob, Cyclope, Silver Fox, La Reine Blanche, DeadPool, et bien sûr Dents-de-Sabre (très différent de celui du 1er film, mais tout aussi bien...)... Tous ces mutants étaient attendus par les fans, et on peut effectivement regretter le sort qui est réservé à certains d'entre eux, de même qu'une certaine "artificialité" de leur présence. Toujours est-il qu'on est bien content de les voir mis en scène, et la démonstration de leurs pouvoirs est souvent bien amenée.

En bref, si on n'est pas trop exigeant en terme de cohérence scénaristique, et si on n'est pas un fan hardcore de l'univers X-Men, le film est très plaisant, et sa vision sur grand écran est justifiée!

xmen_origins_wolverine15.jpg

Comme quoi, tout n'est pas négatif dans cet article, vous ne trouvez pas?

Comte Draculifiou, qui, promis, va quand même se remettre aux films d'horreur!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu