Avertir le modérateur

mercredi, 18 novembre 2009

Oeil rond et bave aux lèvres...

couch-potato.jpgUne fois n'est pas coutume, petit coup de mou aujourd'hui, j'ai donc décidé de ne pas bouger de chez moi et de m'affaler devant la télé... Bien m'en a pris, car j'ai pu vider mon cerveau pendant quelques heures, sans pour autant, je vous rassure, laisser de la place pour une certaine marque de cola.

Démarrage en force, puisque je suis tombé tôt le matin sur une rediffusion d'une émission d'Evelyne Thomas, sur Direct 8. Thème: on peut être gros(se) et beau/belle. Soit. L'effort est louable, la démagogie a été soigneusement évitée, jusqu'au moment où l'on a pu admirer un effeuillage (un strip-tease quoi) d'une jeune femme ronde... Non pas que c'était moche à regarder, mais le tout faisait tellement amateur qu'on se serait cru devant un bêtisier d'une émission style "Incroyable talent".

J'ai continué très fort, en regardant le JT de notre votre bien-aimé Jean-Pierre Pernaut. Bon, en fait, je suis arrivé plutôt vers la fin du journal. Et j'ai d'abord eu droit à un pertinent reportage sur le succès retrouvé de... Chantal Goya. Pour le coup, ça, c'est vraiment du scoop, personne n'aurait pu deviner qu'elle avait retrouvé le chemin de la gloire. Mais, devant le professionnalisme d'un tel reportage, on est obligé de le croire. Jusqu'au moment où le journaliste, en voix off, ose une présentation en qualifiant notre star des enfants de "Juvénile Chantal Goya"... Là, j'ai failli m'étouffer en réprimant un fou-rire, parce que la "juvénile Chantal Goya", c'était ça, il y a 40 ans:

 

ChantalGoyajeune.jpg
Maintenant, la vraie Chantal Goya, celle de 2009, c'est plutôt ça:
chantal-goyamaintenant.jpg
Je ne veux pas manquer de respect à cette sainte-femme, mais, pour le côté juvénile, on repassera. Et puis tant pis si je manque de respect, après tout! Figurez-vous qu'il y a quelques années, à une époque où j'avais conservé un semblant d'innocence, j'étais allé au Furet du N. pour que l'idole de mon enfance (Chantal Marie-Rose Goya, donc) me dédicace son best-of. Quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver face à une personne désagréable, qui n'a trouvé qu'à se plaindre du projecteur qui lui donnait trop chaud, et qui ne m'a même pas jeté un regard après avoir signé mon CD (et qui, accessoirement, me l'a négligemment balancé sur la table pour me le rendre). Je peux vous dire que, ce jour-là, pour moi, un mythe s'est écroulé... Tout fout le camp, je vous dis...
Mais je ne me suis pas arrêté là. J'ai poursuivi mon visionnage du chef d'oeuvre journalistique de Jean-Pierre, avec un reportage aussi passionnant qu'indispensable sur les températures encore estivales de la Côte d'Azur. Bien évidemment, dans le reportage, on ne voyait que des petits vieux sur la plage, puisque les moins vieux, eux, bossent, ou cherchent du boulot. Certains rêvent en voyant ce genre de reportage, et bien moi, ça me fout les nerfs! D'autant plus que, juste après, JP nous proposait un reportage sur le grand retour nocif de l'algue verte sur les côtes bretonnes... En gros, il aurait brandi une pancarte avec écrit "Passez vos vacances dans le Sud, parce que la Bretagne ça pue", ça serait revenu au même... (en plus, moi qui adore la Bretagne, ça m'a encore plus mis les nerfs!). De toute façon, je préfère le vert au rose fripé. Donc, pour moi, c'est direction la Bretagne. Je laisse les petits vieux à Nice...
profs.jpgAu hasard du zapping frénétique, je suis tombé sur une énième rediffusion du film "P.R.O.F.S", avec Patrick Bruel et Fabrice Luchini. Ce film est un cas. Il fait partie de ces films que je pourrai sans doute regarder toute ma vie, sans me lasser. Au même titre que "Working Girl", "Maman j'ai raté l'avion", "Scout Toujours", et j'en passe... Des films qui n'ont l'air de rien, qui sont loin d'être des chefs d'oeuvre, mais qu'on a toujours plaisir à regarder quand on tombe dessus. Et puis faut bien avouer qu'entendre Guy Montagné déclarer "J'aime les culs, les culs bien fendus" avant de se prendre une tarte dans la gueule, ça vaut bien tous les films oscarisés du monde!
Le film P.R.O.F.S terminé, c'est là que le drame est survenu... J'espère que vous êtes bien assis... Si ce n'est pas le cas, je vous laisse le temps de bien vous installer...
C'est fait? Bon... je vous le dis sans détour: je ne sais pas ce qui m'a pris. Toujours en zappant comme un malade, la bave aux lèvres, je suis tombé sur un téléfilm avec... Corinne Touzet. Et... et... JE L'AI REGARDé!!!! Beuh euh euh....je ne me reconnais plus! Le démon a sans doute pris possession de moi! Bon, pas de panique, ce n'était tout de même pas "Une femme d'honneur" (faut pas déconner, non plus!).
Non, ça s'appelait "Une maman pour un coeur", et ça racontait l'histoire d'une maman (Corinne T., donc) qui accueillait chez elle un petit garçon qui devait se faire opérer du coeur. Et bien vous voulez que je vous dise? (et ne riez pas, hein!) Et bien c'était une jolie histoire, qui plus est pas trop mal interprétée par Corinne Touzet. En tout cas beaucoup moins insupportable, et beaucoup plus réaliste que dans "Une femme d'honneur"... Bon, j'arrête avec ça, je sens le rouge qui me monte aux joues et mes 2 fesses qui ne demandent qu'à faire bravo.
Ainsi s'est terminée ma journée télévisuelle...
Vous voulez que je vous dise? J'espère que je n'aurai plus jamais de coup de mou.
Le juvénile Mafiou

 

 

Commentaires

Hé oui ... la connerie hypnotique n'épargne personne !!

Et Vive la Bretagne !!!

Écrit par : Stitch | jeudi, 19 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu