Avertir le modérateur

dimanche, 30 janvier 2011

Ca n'a-Reef pas qu'aux autres...

Simpsons_Jaws.jpgS'il est bien un genre de film casse-gueule, et donc, par conséquent, casse-bonbons, c'est bien le genre du "film d'attaque animale".

Pour un chef d'oeuvre, on ne compte plus le nombre incalculable de bouses. Pour un "Dents de la Mer", combien de "Shark Attack"? Pour un "Solitaire", combien de "Dinocroc"?

Le problème avec ces films là, c'est que, si on n'y met pas un minimum d'idées et d'ambition, on sombre très vite dans le ridicule bon marché, juste bon à être diffusé un dimanche après-midi sur NRJ12 ou Sy-Fy Channel.

Bon, faut pas se leurrer non plus. le modèle en la matière, à savoir "Les Dents de la Mer", a placé la barre très haut. Tellement haut qu'elle n'a jamais été dépassée depuis. Approchée oui, mais pas dépassée. Après tout, un film de requin dont les scènes les plus angoissantes sont celles où il n'y a pas de requin, c'est un gage de qualité! Moi, je retiens particulièrement 2 scènes de ce film:

- celle où les héros sont en pleine mer et où on entend une baleine agoniser au loin. On ne peut s'empêcher de penser que le requin n'y est pas étranger.

- celle où Quint, le vieux loup de mer, raconte comment son équipage a été décimé par des requins lors du naufrage de l'USS Indianapolis. Quand on sait en plus que c'est une histoire vraie...

Depuis, bon nombre de films ont essayé d'imiter leur "ancêtre", avec plus ou moins de succès. Si Piranhas, de Joe Dante, et son remake récent, d'Alexandre Aja, ou même le sous-estimé "Peur Bleue" de Renny Harlin, s'en tirent avec les honneurs, mieux vaut oublier toutes les bouses "direct-to-video" du style "Shark attack" ou "Shark in Venice", dont le manque de moyens et l'amateurisme ambiant ruinent tous les effets.

Mais, parmi ceux-ci, certains arrivent, grâce à un style proche du documentaire, et en évitant soigneusement tout effet gratuitement spectaculaire, à attirer notre attention. Ainsi, il y a quelques années, on vit débarquer "Open Water".

Le synopsis est d'une simplicité désarmante: un couple "oublié" par le bateau de plaisance qui les transportait pour une séance de plongée, se retrouve isolé en pleine mer, et à la merci de requins. Filmé au ras de l'eau, et s'attachant particulièrement à la psychologie des personnages, ce film n'a aucun mal à nous happer, pour peu qu'on accepte les règles du jeu. A savoir: ne pas s'attendre à voir des membres arrachés dans une gerbe de sang, pas plus que de voir des requins géants génétiquement modifiés. Non, là, on est dans le réel. Et ça marche. On s'identifie sans mal aux personnages, et on angoisse avec eux. Et c'est vidé qu'on ressort du film...

Dans le même genre, mais en remplaçant le requin par un crocodile, on a "Black Water", dans lequel on suit le calvaire vécu par 3 amis dans les marais australiens, à la merci d'un reptile affamé. Là encore, l'identification fonctionne, et l'économie d'effets sanglants joue en fait en faveur du film.

A la même époque, dans un registre plus spectaculaire, on a pu voir le dénommé "Solitaire" ("Rogue" en VO), dans lequel c'est tout un groupe de touristes qui se retrouvent piégés dans les marais australiens à la merci d'un gros crocodile vorace. Très réussi également, même si on s'éloigne du style "documentaire" pour se rapprocher du style "aventures horrifiques".

Tout ça pour dire qu'en ce moment, le genre semble très bien se porter. Et la tendance se confirme avec l'arrivée, cette année, du sobrement intitulé "The reef" (le film se déroule près de la Grande Barrière de Corail, encore en Australie, où il ne vaut mieux pas s'approcher de l'eau ces temps-ci...).

Là encore, synopsis très simple: un groupe de 5 amis partis pour faire de la plongée près de la Barrière de Corail donc, est victime d'une avarie. Leur bateau se retourne en pleine mer, et les voilà bloqués sur l'embarcation renversée, avec aucune terre à l'horizon. Deux choix s'offrent à eux:

- rester sur l'épave, et attendre, et donc risquer de mourir de déshydratation. Ou même de se retrouver à l'eau de toute manière, car les amis soupçonnent l'embarcation d'être en train de couler.

- se jeter à l'eau et nager vers une île que l'un deux pense être relativement proche.

4 des amis décident de nager vers cette île hypothétique, tandis que le dernier, mauvais nageur, préfère rester sur le bateau.

Le reste du film suit les 4 nageurs, et ne reviendra que brièvement sur le destin du 5ème ami (une fois en cours de film, et une dernière fois à la fin du film, lorsqu'un texte nous apprend ce qu'il est advenu de lui).

Les 4 nageurs, donc, vont vite regretter leur choix, puisque, bien vite, ils vont être attaqués par un requin qui visiblement n'a pas mangé depuis longtemps.

Là encore, le film est tourné au ras de l'eau, voir même parfois en dessous de l'eau, dont la visibilité n'est pas des plus claires, surtout quand notre petite bande de téméraires panique et fait plein de mouvements! L'angoisse est bien là, et on découvre la menace du requin en même temps que les personnages. L'un d'eux a d'ailleurs en sa possession des lunettes de plongée et s'en sert pour voir si le requin est à proximité sous l'eau. Angoisse garantie, ces scènes sont parmi les plus réussies du film! Les attaques sont brèves mais violentes, et on comprend aisément l'état de panique des personnages.

Par contre, ce qu'on comprend moins, c'est pourquoi il y en a toujours un pour s'écarter du groupe, pour aller chercher une foutue planche de salut qui flotte au loin. Mais bon, comment réagirait-on à leur place...

Si on peut reprocher une fin plutôt abrupte (un simple texte nous apprend le destin des personnages...), le film remplit correctement son office, à savoir nous faire angoisser avec les personnages pendant 1h30. Là encore, on n'égale pas "Les Dents de la Mer", mais on s'en rapproche.

De plus, tout comme "Open Water", "Black Water" ou "Solitaire", le film ne manque pas de préciser que tout ceci est inspiré d'une histoire vraie, histoire de nous plonger encore plus facilement dans le film. Et ça fonctionne, ceci dit. Pourquoi s'en priver?

Toujours est-il que "The Reef" est hautement recommandable, sauf si vous comptez aller passer quelques jours de vacances près des côtes australiennes...

Je termine avec une vidéo trouvée sur YouTube, bien réelle celle-là, dans laquelle on voit un surfer se rendant compte qu'il n'est pas tout seul dans l'eau... ça ressemble furieusement aux scènes du film quand l'un des personnages regarde sous l'eau avec ses lunettes de plongée, ce qui vous donnera donc un avant-goût du film...

 

Mafiou, qui aurait bien besoin d'un plus grand bateau...

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu