Avertir le modérateur

dimanche, 11 octobre 2009

The terrible curse of the boy's bands...

RIP.jpgVendredi soir dernier, extrait d'une conversation entre mes 2 soeurs (Gaëlle et Emilie), ma cousine (Anne) et moi (le Saint-Père-Mafiou):

"Saint-Père-Mafiou: - Bah... il ne se passe pas grand chose dans le monde en ce moment...

Emilie:- Non, c'est vrai, vous avez raison, mon très cher Saint-Frère-Mafiou...

Gaëlle: - Même pas un petit décès de célébrité?

Anne: - Bah non, depuis Filip des 2Be3, rien de rien..."

Ce matin, je me rue sur le site d'informations 20minutes, et que lis-je? Stephen Gately, l'un des Boyzone (oui, je sais, moi aussi y a fallu que je réfléchisse pour me rappeler qui c'était...), est mort mystérieusement hier. Une mort qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler celle du Filip pré-cité par Cousine Anne...

Après Michael Jackson, des Jackson 5, Filip, des 2Be3, et Papy René, des Musclés, je pense qu'on peut officiellement annoncer qu'une malédiction frappe les boy's bands...

Quelque chose me dit que Robbie Williams ne va pas tarder à y passer...

Mafiou, oui je sais, Sim ne faisait pas partie d'un boy's band...

samedi, 10 octobre 2009

La rentrée des séries! (épisode 3 - spécial "ça commence par un D")

dexter-saison-4-pourquoi-est-si-mechant-parce-L-2.jpeg3ème partie de ce bilan de la rentrée américaine des séries TV que nous chérissons tant, malgré l'excellence de nos "Julie Lescaut", "Plus belle la vie" et autre "Joséphine Ange gardien"...

Et le hasard veut que les 3 séries dont je vais vous parler commencent toutes par la lettre D! Incrédible, non? La vie est parfois bouleversante de surprises!

Commençons par "Dollhouse", qui entame sa 2ème saison. C'est en soi un petit miracle, car la série devait normalement être annulée à la fin de la 1ère. Grâce à l'acharnement des fans américains, une 2ème saison a pu être lancée in extremis, avec pour conditions de réduire le budget et de faire une courte saison (13 épisodes donc). Et c'est donc cette saison "naufragée" qui a débuté le 25 septembre dernier.

Pour tout dire, cette nouvelle saison commence de manière très classique, en reprenant l'intrigue là où elle s'était arrêtée lors du 12ème épisode de la 1ère saison. On aurait pu croire que la 2ème saison se déroulerait dans le futur, comme nous le laissait supposer le véritable dernier épisode de la saison précédente (le 13ème, uniquement disponible sur l'édition DVD). Il n'en est rien.

dollhouse_joss_whedon_Eliza_Dushku_7_episodes_2.jpgDu coup, on retrouve Echo, notre "poupée" (ou Active) favorite, toujours bien interprétée par Eliza Dushku, au prise avec ses souvenirs des différentes personnalités qu'elle a endossées. L'agent Ballard, maintenant au service de la Dollhouse, s'est promis de tout faire pour l'aider à redevenir Caroline, celle qu'elle était avant d'être "programmée" par Topher. La mystérieuse Adelle (dirigeante de la Dollhouse) semble entretenir un lien particulier avec Victor, l'un des Actifs, lacéré au visage par Alpha, l'Actif rebelle et sanguinaire, désormais évanoui dans la nature. Quant au Dr. Claire Saunders, elle a bien du mal à gérer le fait d'avoir été une Active agressée par Alpha, puis "programmée" avec la personnalité du vrai Dr. Saunders, tué par ... devinez qui?... Alpha, bien sûr. Compliqué, vous dites? Ben oui, surtout si on n'a pas vu la série.

Et c'est bien là le problème... Aux USA, à l'heure qu'il est, les audiences sont au plus bas, et la série est encore une fois menacée d'annulation. La faute, sans doute, à un scénario parfois obscur pour ceux qui n'auraient pas, ou peu, suivi la 1ère saison. Impossible de comprendre quelque chose à ce qu'on voit si on n'a pas vu les épisodes précédents. Du coup, cette saison ne permet pas d'accueillir de nouveaux spectateurs. Tant mieux pour les fidèles, qui, eux, comprennent tout, et trépignent de bonheur à l'idée de savoir ce qui va arriver à ce petit monde. Tant pis pour ceux qui prennent la série en cours de route, et la quitte aussi rapidement... Pour ma part, je fais plutôt partie de la 1ère catégorie. Je continue donc de suivre la série, tout en pensant que ce début de saison est somme toute très classique. Que nous réserve la suite, si suite il y a ?

desperate-housewives-saison-6.jpgDébut de 6ème saison très classique aussi pour "Desperate Housewives". On retrouve tous nos personnages tels qu'on les avait laissé lors de la 5ème saison. Bree continue donc son aventure extra-conjugale dans le dos d'Orson, mais a bien du mal à l'assumer. On apprend également qui Mike a finalement épousé. Susan ou Katherine?  Et, en fin de compte, la réponse est réjouissante, car ça va peut être permettre au personnage de Katherine de reprendre un peu d'épaisseur. Juste retour des choses après le ratage de la 5ème saison à son niveau... Lynette avait appris qu'elle était enceinte de jumeaux. Moi qui craignait un arc narratif autour des "tracas d'une femme enceinte" (et donc une série d'épisodes peu intéressants), je ne peux que féliciter les scénaristes pour la manière dont ils traitent cet élément de l'histoire (traitement pour le moins inhabituel,il faut dire). Une fois de plus, Felicity Huffman truste les meilleures scènes de l'épisode. Du côté de Gaby et Carlos, les choses sont un peu plus légères, puisqu'on les retrouve aux prises avec Ana, l'ado insupportable qu'ils ont recueillie. Bonne nouvelle, si on peut dire, car Ana est toujours aussi imbuvable. Ce qui donne lieu à quelques scènes tour à tour drôle et émouvante avec le personnage de Gaby. Enfin, c'est avec un plaisir non dissimulé qu'on voit le retour dans la série du personnage de Julie, la fille de Susan. D'autant que Julie sera l'élément principal du cliffhanger de l'épisode... Mais, j'oubliais, qui dit "nouvelle saison" dit "nouveaux locataires à Wisteria Lane"! Et ces nouveau locataires (papa + maman + ado rebelle), comme d'habitude, ont un secret à cacher, et qu'il nous faudra découvrir avant la fin de la saison... Au vu des scènes de ce 1er épisode (et notamment le dos lacéré/brûlé de la maman), ce secret a l'air bien glauque...

Au moment où j'écris ces lignes, j'ai déjà visionné le 2ème épisode, et, ô surprise, notre chère Mme MacCluskey a ... un fiancé! V'là autre chose! Bref, début de saison classique, de bonne tenue. Vite, la suite!

dexter_big.jpgOn termine cet article avec notre bon vieux "Dexter", maintenant dans sa 4ème année! J'y allais un peu à reculons, dans cette nouvelle fournée d'épisodes... Et bien, soyez rassurés, cette nouvelle saison commence très bien! Dexter, maintenant marié, propriétaire d'une grande et belle maison de banlieue, et père de 3 enfants (dont un nouveau-né), a bien du mal à gérer sa nouvelle vie, et surtout à la concilier avec son boulot nocturne de serial-killer. Ce qui nous donne d'ailleurs droit à une hilarante parodie du générique d'ouverture (style "Dexter noue ses lacets... qui cassent / Dexter met son t-shirt... avec une grosse trace de vomi de bébé). Dès le début de l'épisode, on a aussi droit à une scène de meurtre insupportable, interprétée par le glaçant John Lithgow, qui va donc devenir LE serial-killer maléfique de la saison. Et au vu de cette 1ère scène de meurtre, ça promet... Tout va bien, donc, pour cette 4ème saison, qui rehausse sans peine le niveau de la précédente. Là encore, vite, la suite!

To be Mafioued...

La malédiction du Furet...

honte.png"Dis donc, Frérot Mafiou, pour mon anniversaire, je voudrais bien le dernier album de Mika!". Telles sont quelques-unes des paroles prononcées par ma soeur Emilie, jamais gênée pour:

- nous rappeler très régulièrement,3 mois à l'avance, que son anniversaire tombe le 16 octobre (comme si on ne savait pas...)

- nous réclamer des cadeaux, comme l'année où elle nous a réclamé la "Wii Fit", en nous disant: "je vous préviens, si je n'ai pas la Wii fit, je n'ouvrirai même pas le cadeau merdique que vous m'aurez offert à la place!"

Tout ça pour dire qu'en tant que frère généreux et compatissant, je me suis rué au Furet du Nord pour acheter le-dit album.

Et là, je dois bien reconnaître que je me trimballe probablement des ondes négatives, puisque je me suis encore chopé la honte à la caisse. Pourquoi "encore"? Rappelez-vous, plus anciennement sur ce blog, ma fameuse mésaventure du "camembert à l'odeur tenace dans file d'attente bondée"... Le pire, c'est que l'objet de la honte que je vais vous conter aujourd'hui s'est déroulé avec la même caissière...

Me voilà donc dans les allées du Furet, mes mains se remplissant au fur et à mesure de mes visites (un "Petit Nicolas" par ci, un "OSS 117" par là...), le tout se terminant par la cueillette du dernier Mika", donc (c'est un peu pour ça que j'étais venu). Puis direction la caisse, où je paye mon dû (dont je tairai le montant indécent en ces temps de crise...).

En sortant, j'examine mon ticket de caisse, et je découvre un mystérieux "The boy who knew too much", facturé à 15.99 euros... Mais, je n'ai jamais acheté ce truc! me révolte-je intérieurement. Je retourne donc voir la caissière, et, avec mon plus beau sourire triomphant (voulant dire "Vous vous êtes trompée mademoiselle, mais je ne vous en tiens pas rigueur, ça arrive même aux meilleurs..."), je lui dis qu'elle m'a facturé un produit que je n'ai jamais acheté.

Suspicieuse (ben oui...), la caissière examine mon ticket et me dit: "Ben, c'est le CD!".

Vous l'aurez compris, "The Boy who knew too much" est le titre du dernier album de Mika...

Je peux vous dire que je suis parti sans demander mon reste, le rouge aux joues, et les fesses qui faisaient bravo...

Pour illustrer cette mésaventure, je me dois de vous proposer un clip de Mika, même si je vous avoue que je n'aime pas du tout ses dernières oeuvres (et ça n'a rien à voir avec la honte susmentionnée...).

Mafiou, qui souhaite un bon anniversaire à Stitch au passage!

vendredi, 09 octobre 2009

Un peu de pub familiale...

eclectek.jpgUne fois n'est pas coutume, je vais utiliser mon blogounet adoré pour promotionner de la zicmu... Mais pas n'importe quelle musique, puisqu'il s'agit de celle du groupe Eclectek!

Alors, les mauvaises langues pourront toujours dire: "oui, le saint-père-Mafiou n'en parle que pour de basses raisons familiales, puisque son cousin, ainsi que la mie d'un autre de ses cousins font partie de ce groupe."

Je dis STOP! Si je parle d'Eclectek, c'est simplement parce que c'est bien! La preuve:

 

Alors, qu'est ce que je vous disais?
They are going to eclecfunk Mafiou!!!

mercredi, 07 octobre 2009

Les bonnes blagues de Monsieur Glloq

mdr.pngCa y est! Les blagues racontées par mes élèves ont fait leur grand retour! Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne m'ont pas laissé de marbre...

Récréation de 10h. Quelques-uns de mes élèves me réclament à corps et à cris de leur re-raconter les fameuses blagues de Ratatate le mille-pattes, de Childéric le Lombric, etc... Bref, mon meilleur cru, d'ailleurs disponible sur ce blog, restes bénis de l'époque du fameux "Conte du lundi".

Je m'exécute donc, et, de toute ma fougue, leur narre les péripéties des amis de la mare aux fées et du bar à Couda. Et je me demande bien pourquoi j'ai accepté de leur raconter, parce que:

- comme indiqué plus haut, la plupart les avait déjà entendues l'an dernier.

- sur les 7 ou 8 élèves présents, seul 1 était mort de rire, et je me demande s'il ne se foutait pas de ma gueule en fait...

Bref. Vient leur tour de me raconter leur blague, toutes plus nulles les unes que les autres. Et v'là t-y pas que Yanis, mon petit chou en sucre qui passe toutes ses journées à me faire sortir de mes gonds (simplement parce qu'il sait que je suis incapable de lui en vouloir, le petit chameau!), me demande s'il peut raconter SA blague...

Bon, vous ne connaissez pas Yanis, mais le simple fait qu'il me demande la permission est déjà mauvais signe... Avant de commencer, il me prévient que sa blague sera du niveau "On ne dit pas barbecue mais poil-aux-fesses". Bon. Sachant que cette dernière est issue des célébrissimes blagues Carambar, je me dis que celle de Yanis ne sera pas bien méchante.

Grave erreur, car voici son chef-d'oeuvre humoristique:

" - Quelles sont les matières scolaires préférées des garçons?

- Maths et dessin"

Un gamin de 10 ans... ça promet! J'aime autant vous dire que Yanis a fini sa récréation puni dans un coin.

Mafiou, qui a bien ri quand même, mais pas devant Yanis!

 

19:50 Publié dans Légèreté | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blagues, bide, carambar

lundi, 05 octobre 2009

Séquence émotion...

disney.jpgPluie, vent, froid... je pense qu'on peut officiellement annoncer que l'été est bel et bien terminé... Bonjour l'automne! Mais, tu sais, Automne, que tu te ramènes avec du "moins zéro", passe encore, mais que tu nous mouilles avec ta vilaine pluie, je dis non! Et si c'est pour nous sécher plus vite que tu nous fais souffler le vent, dis-toi que ça ne sert à rien si tu n'arrêtes pas la pluie...

Ce temps pour le moins espiègle m'a donné envie de me mettre du baume au coeur. Et, pour ce faire, rien de tel qu'un petit best-of Disney! C'est donc parti pour:

LES MOMENTS LES PLUS TRISTES DES FILMS DISNEY!

Bon, c'est dans le désordre hein... Je n'ai pas la prétention de vous imposer un classement, car moi, monsieur, je n'ai pas la science infuse. Non, la mienne est plutôt diffuse, voyez?

Pour démarrer, commençons avec du lourd, puisque ce best-of ne saurait être digne de ce nom sans

- moment n°1: la mort de Mufasa dans "Le Roi Lion". Scène déchirante, durant laquelle le pauvre petit Simba voit son courageux père se faire piétiner lamentablement par un troupeau de zébus en furie. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce Scar, c'était un bel enfoiré! Pour parler plus sérieusement, c'est probablement l'une des scènes les plus dramatiques et cruelles de l'univers Disney.

- moment n°2: la chanson "Nourrir les p'tits oiseaux", dans "Mary Poppins". Non pas que ce moment soit particulièrement triste (Mary Poppins chante une berceuse pour endormir les enfants), mais la mélancolie qui se dégage de cette douce chanson fait toujours son petite effet! Pour beaucoup, l'une des plus belles chansons Disney...

- moment n°3: on m'en voudrait probablement de passer sous silence la scène qui a traumatisé plusieurs générations de spectateurs, à savoir, la mort de la maman de Bambi, dans le film du même nom! Pauvre biche, tuée par de vils sagouins de chasseurs! C'est rigolo, parce que sur Youtube, cette vidéo donne lieu, dans les commentaires, à un débat complètement stérile sur la chasse. Le genre de débat sans fin qui ne mettra jamais personne d'accord... En ce qui concerne la scène en elle-même, elle fait écho à celle de la mort de Mufasa dans "Le Roi Lion", même si la mort de la biche est encore plus "hors-champ" que celle du lion. Mais la détresse du faon, comme celle du lionceau, elle, est bien palpable... Boule dans la gorge...

- moment n°4: l'abandon du renardeau Rox par la Veuve Tartine, dans "Rox et Rouky". La veuve Tartine, consciente que la place d'un renard est dans la nature, se voit contrainte d'abandonner dans la forêt l'animal qu'elle a élevé... Scène émouvante s'il en est, je mets au défi quiconque de rester de marbre en regardant ce passage. A moins d'avoir un coeur de pierre...

- moment n°5: la chanson "Quand elle m'aimait", dans "Toy Story 2". Jessie, la cow-girl qui tape dans l'oeil de Woody, est un personnage tellement positif, énergique et drôle, qu'on est tout surpris lorsqu'elle raconte comment elle a été abandonnée par une petite fille qui a fini par grandir... Ah, pour ceux qui ne comprennent rien à ce que j'écris, Jessie est un jouet! Belle chanson en tout cas...

- moment n°6: On reste dans le Pixar-Disney, avec la fin de "Monstres et Compagnie", lorsque Bob et Sully sont bien obligés de renvoyer Bouh dans le monde des humains... Même si la dernière image suggère que Bouh et Sully se revoient, le tout est empreint d'une grande mélancolie, qui prend à la gorge (pour ma part en tout cas...). Y a pas à dire, les gars de chez Pixar sont doués pour faire rire, comme pour émouvoir...

- moment n°7: la maman de Dumbo emprisonnée... dans "Dumbo". Ne me dites pas que vous restez insensibles aux larmes de l'éléphanteau et face aux barreaux qui le séparent de sa maman! Et puis la chanson peut tirer les larmes, aussi!

Et ben après ça, l'Automne peut toujours venir frapper à notre porte, comme dirait Evelyne Dheliat!

Mafiou, trop sentimental?

samedi, 03 octobre 2009

Le plat il a parti!

maladroit.jpgAujourd'hui, avec la mésaventure que je vais vous conter, mon blog n'aura jamais aussi bien porté son nom...

Mercredi soir dernier, je m'étais consacré à la préparation de ce qu'on appelle communément "ma gamelle" dans le monde du travail... Pour les non-initiés, c'est en fait un tupperware dans lequel on met sa bouffe du midi. Pour peu que plus de 2 personnes en ramène une au boulot à la mi-journée, on a droit par la suite à un mélange d'effluves variées, allant du poisson faisandé au fromage venu à pieds, en passant par l'ail ultra-puissant... D'ailleurs, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il y a toujours quelqu'un pour ramener une tartiflette bien goutue des narines, histoire de vous empester la cuisine pendant tout le reste de la journée.

Bref. Mercredi donc, je m'étais bien appliqué à me préparer une gamelle alléchante et pas trop déséquilibrée. Au programme: un savoureux pané de dinde, des pommes de terre revenues à la poêle dans de l'huile d'olive + quelques épices, et des petits pois carottes. Ne pouvant résister à l'odeur miamesque se dégageant de ma préparation, j'y avais même goûté, et je peux vous dire que je m'en lèche encore les babines. Ensuite, la raison a repris le dessus: j'ai enfermé tout ça dans mon tupperware, direction le frigo, tout impatient de déguster tout cela le lendemain...

Lendemain, jeudi donc, je ramène le plat béni des Dieux Maïtesques et l'enfourne (bizarrement...) dans le frigo de la cuisine de l'école, un filet de bave coulant au coin de ma bouche rien qu'à l'idée de le manger 3 heures plus tard.

11h30! La sonnerie retentit, je vire mes élèves de ma classe à coups de pieds aux fesses en leur hurlant "Allez, dehors! j'ai faim!!!". Puis je cours d'un pas leste vers la cuisine, n'en pouvant plus d'attendre la sainte-dégustation! Je prends fébrilement mon plat dans les mains, et c'est là que l'élément déclencheur du drame survient, en la personne du diabolique "Monsieur Wano".

Monsieur Wano: - Tiens, que mangez-vous ce midi, Saint-Père-Mafiou?

Mafiou: - Et bien vous n'allez pas en croire vos yeux! Je me suis préparé un repas mirifique à s'en régaler les parois intestinales!

Monsieur Wano: - Comment donc? Mais montrez-moi votre délice culinaire!

Et là, c'est le drame... En ouvrant mon tupperware pour montrer, de toute ma fierté, mon repas tant attendu...

ZOUIPPP! BILING BING BING!!! SPROTCH!!!

Alors, petite explication de texte: "Zouippp" signifie "plat qui glisse des mains" et "Biling bing bing" signifie "comme le plat est en métal, ça fait du bruit quand ça tombe". Enfin, le "sprotch" veut dire "comme le plat était ouvert, toute la nourriture s'est écrasée à terre"...

Vous l'avez compris, j'ai pu dire adieu à mon pourtant tant espéré repas du midi... A l'heure où j'écris ces lignes, je ne m'en suis toujours pas remis...D'ailleurs, voici la musique que j'ai entendu dans ma tête quand mon plat s'est étalé à mes pieds:

Maigre consolation: Monsieur Wano, honteux de m'avoir ôté le pain de la bouche, m'a offert un vieux plat cuisiné sous vide... Qu'il en soit remercié, et aussi maudit sur 12 générations, puisque s'il n'avait point été aussi curieux, je me serais pété la panse avec ma nourriture divine.

Et oui, tout fout le camp, même les tupperwares...

 

Mafiou, bon appétit pas sûr!

 

 

lundi, 28 septembre 2009

Fallait appuyer?

manege.jpgAujourd'hui, c'était le retour tant attendu (oui, enfin, bon...) de "Tournez, Manège", présenté dans sa version 2009 par l'indispensable Cauet. Malgré toute l'affection que je peux porter à ce fabuleux animateur, je dois bien avouer qu'il aura du mal à remplacer dans mon coeur Evelyne Leclercq, Fabienne Egal et Simone Garnier. Et je ne parle même pas du demi-dieu Charly Oleg, qui, outre ses talents de pianiste, avait toujours le chic pour parler en même temps qu'Evelyne Leclercq, souvent pour répéter ce qu'elle venait de dire... Ce qui donnait lieu à des dialogues (si on peut dire...) du style:

Evelyne: - Et bien bonjour à tous, par ce magnifique lundi midi...

Charly: - Ouais formidable, lundi midi!...

Evelyne: - On se donne rendez-vous tous les jours entre Jeopardy et le Juste Prix...

Charly: - Ouais formidable Le Juste Prix!...

Evelyne: - Juste Prix présenté par notre ami Patrick Roy...

Charly: - Ouais, Patrick Roy, formidable!

Etc...

J'avoue humblement que je n'ai pas regardé cette nouvelle version de "Tournez, Manège"... Je ne me permettrai donc pas de critiquer (même si je suis intimement convaincu que c'est une merde...). Mais ce retour impromptu a au moins le mérite de nous ouvrir les yeux à tous! Avez-vous remarqué l'immense faute d'accord contenue dans le titre? Non? Je m'explique : Tournez, du verbe "tourner", 1er groupe, ici conjugué au présent de l'impératif, à la 2ème personne du pluriel. Vu la tournure du titre, il semblerait qu'une force obscure s'adresse directement aux manèges pour leur ordonner de tourner. Donc, de fait, il devrait y avoir un "s" au bout de manège!!! Ben oui, la 2ème personne du pluriel implique qu'on s'adresse à plusieurs manèges! Honte à vous, gens de la 1ère chaîne! Et bravo pour votre promotion approximative de la langue française! Comme si vous n'aviez pas fait assez de dégâts avec "Secret Story"! Tsssss...

Et après, y en aura encore pour douter du titre de mon blog. Non mais je vous jure...

Pour nous consoler, autant regarder une petite parodie des Inconnus. Allez, c'est pour vous!

 

Ouais, Mafiou, Formidable!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu